Catégories
Café

Moulin à café

Après mon article sur le café et le choix d’une bonne cafetière expresso, voici la suite à propos des moulins à café. Il ne s’agit pas d’avoir une bonne machine expresso sans avoir un bon moulin. La marque que j’ai choisi dans ma cuisine est GRAEF (CM 702) un spécialiste du moulin à café.

Le grain à café en sachet, fermé et étanche, reste la meilleure chose pour déguster un café. Le grain conserve tout l’arôme du café et en le broyant l’arôme est extrait du coeur. Mais pour cela, il vous faut un bon broyeur.

Sur le marché, deux types de broyeurs existent : le moulin à lame plate et le moulin à meule conique . Si vous voulez un bon café, oubliez le moulin à lame. Cet objet ne vous permettra pas d’avoir un bon café en tasse. En effet, ce type de moulin ne vous permet pas de régler la façon dont est broyé le grain, vous devez le faire à vue. Mais surtout vous allez gaspiller, car vous devez broyer une quantité de grain que vous aurez préalablement chargé dans le moulin et cette quantité ne correspond pas forcément à votre machine. Enfin, les hélices de broyage ne permettent pas de broyer le grain en profondeur et vous feront une mouture grossière, non homogène.

Alors le moulin à meule conique à quoi ça ressemble ? En haut, on trouve une cheminée de stockage du grain, puis vous avez une molette pour régler le degré de mouture et enfin un bec qui déverse la mouture dans votre récipient ou directement dans la cupule de la machine à café. Avec ce type de broyeur deux grands principes doivent guider votre choix : un compartiment de stockage qui doit être opaque, ou avec un plastique fumé car le café n’aime pas la lumière, et deuxièmement le bouchon du haut doit bien fermer ou être jointé, pour garder les arômes. Une fois ces deux critères sélectionnés vous devez avoir une molette de réglage précise avec au minimum 5 degrés de mouture, 10 étant le summum. Enfin, un bac de récupération en bas est aussi un critère de choix, car vous allez forcément avoir un peu de mouture qui va déborder lors du remplissage. Le bac de récupération extractible vous permettra de laver rapidement le tour de votre machine.

Maintenant, un autre critère est souvent mentionné : le matériau utilisé pour le cône de broyage. L’acier est le plus commun, mais vous trouverez aussi la céramique. C’est un détail qui est important si vous êtes un barista. À savoir : l’acier peut chauffer si vous faites beaucoup de cafés (10 à 20) à la file alors que la céramique ne chauffe pas. Mais d’un autre coté, l’acier fait un bruit plus grave et moins strident que la céramique. En dehors de cela aucune différence entre les deux à moins d’être un fin connaisseur.

Pour résumer, l’idéal pour vous c’est un moulin à café électrique avec meule conique et surtout un réglage de la mouture précis, car un café pour expresso ne s’extrait pas de la même façon qu’un café pour cafetière à piston. Et le top c’est que la mouture tombe directement dans le réceptacle de la machine. Vous trouverez en photo le mien qui est parfait pour cela : chargement du café par le dessus, récipient opaque et qui jointe. La molette de réglage de la mouture propose 25 degrés. Le bec qui déverse vous permet de faire tomber la mouture directement dans la cupule de la machine à expresso, et le « plus » c’est son déclencheur qui allume le broyeur lorsque vous approchez le récipient. Et enfin le bac en bas, qui récupère la mouture en excès et qui tombe de votre récipient est extractible et lavable.

Alors à vos marque, prêt, broyez…

Testé dans ma cuisine : Graef CM 702

Catégories
Café

Machine à café à expresso

Depuis 1 an, ma nouvelle machine à café expresso SMEG (ECF01BLEU) est venue remplacer mon ancienne machine à café à capsule.

Tchao les capsules, bonjour le grain. Sur le principe la machine à expresso à moulu est ce qui s’approche le plus d’une machine à capsule à extraction sous pression. Tout fonctionne presque pareil sauf qu’il n’y a plus de capsule.

Quels avantages alors… ? Celui qui m’a convaincu le plus c’est que : plus de capsule = plus d’aluminium, mais aussi plus de carton qui emballe les capsules et donc plus de suremballages.

Autre avantage, la fraicheur du grain et le contrôle de sa provenance. Dans les capsules, impossible de savoir d’où vient le grain si les cultures sont bio, et si les grains sont frais. Là, avec votre machine à expresso, vous contrôlez la qualité du grain vous savez ce que vous achetez et donc ce que vous buvez.

Mais alors pourquoi pas une machine automatique ?

Deux réponses à cette question, le prix d’abord, une machine automatique avec un bon moulin et de bons réglages de la mouture c’est cher, et même très cher, et si vous voulez associer belle machine automatique et performance vous serez proche des 1000 à 1500 euros. Avec une belle cafetière expresso et un bon moulin à café vous débourserez plutôt aux alentour des 450 euros.

Deuxième réponse l’hygiène, si comme moi vous avez tendance à être pressé, pour ne pas dire à ne pas avoir le temps de nettoyer, sachez qu’une machine automatique il est obligatoire de nettoyer le groupe interne et surtout de bien le faire sécher sinon merci les odeurs… Avec une machine à expresso vous êtes obligé de nettoyer le support à moulu pour faire un autre café donc aucun problème d’hygiène et le fait de devoir le nettoyer obligatoirement pour se servir un nouveau café rend la tâche plus acceptable pour mon cerveau…

Attention cependant ; il faut que votre machine ait un système complet en … INOX ! C’est important, car si vous vous passez de votre machine à capsule aluminium ce n’est pas pour avoir une nouvelle machine à café avec des porte-filtres et un corps en aluminium.

Les adeptes des machines automatique me diront, et l’usage cappuccino ? Comment fait-on avec une machine à expresso ? Je leur répondrai : buse vapeur bien-sur ! Le coup de main est à avoir mais une fois maitrisé vous allez impressionner vos amis. Le seul inconvénient c’est vrai c’est que ce n’est pas facile à faire et que vous allez devoir nettoyer la partie latérale de la machine car le lait peut être projeté légèrement sur le coté ou même de l’eau et cela laisse quelques traces qui sont tout de même facilement lavable.

Pour résumer, une machine à expresso sans capsule :

  • Zéro capsule, zéro emballage
  • Un grain de qualité et choisi par… vous !
  • Un corps tout en inox y compris le porte filtre
  • Moins cher qu’une machine automatique du même niveau de design et à performance équivalente
  • Inconvénient, les cappuccinos sont plus difficile à faire que sur une machine tout-automatique mais vous aurez l’air d’un vrai barista
  • Le prix : 350 euros pour les plus chère et les plus design, vous trouverez la SMEG ici
  • A noter il faut ajouter un bon moulin sauf si vous utilisez du moulu : un bon moulin coute 100 euros environ

Testé dans ma cuisine : SMEG ECF01BLEU